Quelques descendants illustres :
Amable Bélanger


Amable Bélanger ("Mon beau poêle Bélanger") compte parmi les Canadiens français du XIXe siècle qui possédaient le génie inventif et qui laissèrent leur marque dans le commerce. En 1867, Amable Bélanger fonde à Montmagny l’Islet, une petite entreprise qui donnera naissance au superbe poêle en fonte « Royal » que l’on retrouvait dans la plupart des foyers du Québec et même au Canada et aux Etats-Unis.

Ce pionnier consacra à son usine le meilleur de ses énergies et de son talent pendant plus de 40 ans. En 1908, le fondateur de l’entreprise confia la direction de ses usines à son fils Amable Bélanger jr, mais ce dernier décéda prématurément à l’âge de 35 ans. Amable mourut en 1919. En 1914, quatre nouveaux actionnaires, A. O. L’Espérance, député aux Communes, J. H. Fortier de Québec, le notaire J.C. Hébert et Philippe Béchard fondèrent la compagnie A. Bélanger Ltée.

La production de grenades sous-marines durant la dernière guerre mondiale devait permettre à la compagnie, par la suite, d’accélérer le progrès réalisé de 1914 à 1939, alors qu’elle avait commencé à pénétrer le commerce de détail en achetant quelque dix-sept magasins spécialisés dans la vente d’appareils ménagers. Les poêles à bois ont d’abord fait place aux cuisinières électriques et aux cuisinières combinées. Ce fut l’époque des premiers « Castel » et « Chatelet » que maman Plouffe nous montrait à la télévision. Puis la fabrication de réfrigérateurs et de congélateurs vint s’ajouter à celle des cuisinières à Montmagny, suite à l’achat de Defrostmatic Ltd de Granby.

La compagnie prit un essor considérable et devint détentrice d’actions de d’autres compagnies qui fusionnèrent et prit le nom de « Corporation Admiral du Canada Ltée ». La compagnie A. Bélanger Ltée n’existe plus, mais les meilleurs appareils ménagers continuent de porter le nom de Bélanger. Voilà un descendant de nos ancêtres François Bélanger et Marie Guyon dont nous pouvons être fiers à juste titre du travail, de la persévérance et de la réussite.

André Bélanger
Septembre 2004



Retour à Qui était François?