Avant François | Qui était François? | Au temps de François | Descendants | Familles apparentées | Bélanger de St-Laurent | Photos des ancêtres

Quelques descendants illustres :
Hercule Chéné


Hercule Chéné, fondateur de Chénéville, descendant de Bertrand Chesnay, gendre de François Bélanger et de Marie Guyon. Hercule Chéné est né à Saint-Benoît le 5 novembre 1834. Il était le cinquième enfant d’une famille de onze enfants. Son père, François-Xavier, fils de Charles Chéné et de Marie-Louise Viau, naquit à Saint-Benoît le 20 avril 1802. Il épousa en 1ère noce Théotiste Ouellet à Saint-Eustache, le 31 mai 1825 et en secondes noces, Arline Bélanger. Bertrand Chesnay, l’ancêtre de Nouvelle-France, naquit à Yffiniac en Bretagne.

Selon certains généalogistes, Bertrand était le fils de Nicolas Chesné et de Catherine La Ringue de Saint-Brieuc en Bretagne. Dès son arrivée à Québec, l’ancêtre Bertrand acquit le manoir de Lothainville situé au 7385 avenue Royale à Beauport ( p. 52) et plus tard il construisit à Québec deux propriétés qui font partie de la Maison Chevalier (p. 59-1). Les enfants de Bertrand Chesnay qui ont donné naissance à la branche à laquelle appartient Hercule, ont subséquemment vécu à Québec, l’Île d’Orléans, Saint-Antoine-de-Tilly, l’Île Jésus, Saint-Eustache et Saint-Benoît.

Compagnon de Papineau, Nelson et Chénier, le patriote François-Xavier (père de Hercule) quitte son village après les troubles de 1837-1838 pour s’établir en Outaouais, dans la Seigneurie Petite-Nation, à Saint-André-Avellin où il pratiqua le métier d’aubergiste. François-Xavier fut élu conseiller municipal et ses trois fils Hercule, Nicolas et Paul Dosithée suivirent respectivement ses traces à Chénéville, à Saint-André-Avellin et à Hull. Le 22 octobre 1860, Hercule Chéné épousa Joséphine Villeneuve à Saint-André-Avellin, mais celle-ci décéda en juillet 1863. Hercule se remaria avec Olympe Labrie, veuve et mère de sept enfants, et au décès de celle-ci, il prit pour épouse Olive Leblanc âgée de 16 ans, le 18 février 1884.

À Saint-André-Avellin d’abord, puis à Hartwell (devenu Chénéville), Hercule fut très actif dans la communauté où en tant que marchand et agent des terres, il occupa plusieurs charges publiques : maire et maître de poste durant près de 30 ans, commissaire d’école, juge de paix, marguillier. Alors qu’il habitait le village de Hartwell, Hercule fit don à la fabrique d’un terrain de six arpents pour l’érection d’un cimetière et l’usage de l’église. Propriétaire d’un magasin général où se logeait le bureau de poste de Hartwell, Hercule décida en 1884 de donner le nom de Chénéville au bureau de poste en y installant une pancarte.Hercule a contribué au développement du village de Hartwell grâce aux nombreux lots qu’il possédait et subdivisa sur la rue Principale ainsi que du chemin de la Petite-Nation à la rue Albert-Ferland jusqu’à la rivière, aux chutes de l’ancien moulin à farine de William Pambrun.

À juste titre, il peut être considéré comme le fondateur de Chénéville à cause de son dévouement, sa générosité, son sens des affaires et son esprit d’entreprise.En 1903, le village de Hartwell qui comptait 72 maisons et 6 rues fut érigé en municipalité et prit définitivement le nom de Chénéville. Hercule Chéné mourut le 29 mars 1904. Il eut d’imposantes funérailles où se trouvaient réunis les notables de la place et des environs mais surtout les gens du village qui avaient drapé de noir leur résidence. Urbain, l’un de ses fils, fut maire de Chénéville à deux reprises. Nicolas Chéné, plus jeune que Hercule occupa une place prépondérante à Saint-André-Avellin. Propriétaire d’un moulin à scie et marchand, Nicolas fut président de la commission scolaire, conseiller municipal et maire à deux reprises de cette municipalité. Paul Dosithée, le dernier des fils de François-Xavier, siégea durant quatre ans au conseil municipal de Hull. Il pratiqua le métier de brasseur et agissait parfois comme garde-forestier.

Certains des descendants ont adopté l’orthographe Chesnay - Chainé – Chéné – Chénier, mais tous descendent de Bertrand Chesnay, dit la Garenne, seigneur de Lothainville. La maison d’Hercule Chéné, située au 81, rue Principale (près de l’église) existe toujours, mais le magasin général fut démoli dans les années 1970.

André Bélanger
Septembre 2004



Retour à Qui était François?