Mariage de François Bélanger
et Marie Guyon


François Bélanger était à peine arrivé au pays que déjà il s'occupait de son avenir et cherchait à s'unir en justes noces avec une femme du pays. Les idylles entre François et Marie Guyon ne furent pas longues et dès le 12 juillet 1637 ils se juraient fidélité aux pieds des autels en présence du Père Charles Lalement, Jésuite, curé de Québec (oncle de Gabriel Lalement, jésuite, martyrisé par les Iroquois).

L'acte de mariage dressé à cette occasion fut détruit dans l'incendie de la première chapelle de Québec le 14 juin 1640. Reconstitués de mémoire, après ce premier désastre, tous les actes antérieurs à cette date sont forcément incomplets.


L'acte reconstitué du mariage de François Bélanger et de Marie Guyon porte le numéro original ONZE et se lit comme suit : " Aussi à la mesme solennité, François Bellanger, maçon et Marie Guyon, présents Olivier le Tardif et M. Franc. De Ré. " et c'est tout. Pour lui donner une forme plus régulière il faut recourir à l'acte précédent, qui porte la même date et le numéro 10, de la paroisse Notre-Dame de Québec portant sur le mariage double de Robert Drouin et Jeanne Cloustier et de Francois Bellenger et Marie Guyon.




Ce mariage fut donc comme le laissent entendre ces deux actes, le premier mariage double à être célébré dans la Nouvelle-France. Sûrement qu'à cette occasion la noce dut être des plus joyeuses et que l'on dut s'amuser ferme chez nos deux colons. Marie Guyon, l'épouse de François Bélanger, était la fille de Jean Guyon et de Mathurine Robin, de Mortagne. Les Guyon à cette époque demeuraient à Beauport.
De l'union de François et Marie naquirent 12 enfants, dont cinq garçons et sept filles. Dix enfants de leurs enfants firent souche.




Note : Cher lecteur, le reste du document est disponible dans "Hommages...".



Retour à François Bélanger