Cartes et Information
sur l'Orne

(Département de Basse-Normandie)


Centre principal de l'émigration des Bélanger au Canada


La Normandie et ses départements



Nom du département : Orne
Région : Basse-Normandie
Population : 293 204 hab. (recensement 1990)
Superficie : 6 100 km2
Point culminant : 417 m au signal d'Ecouves
Chef-lieu : Alençon. 3 arrondissements. 36 cantons. 513 communes (dont Mortagne-au-Perche, Neuville-sur-Touques, Sées, Tourouvre).

Histoire : Le département a été formé à la Révolution par la réunion du duché d'Alençon et de parties de la Normandie et du Perche. Peuplés par diverses tribus gauloises, notamment les Aulerques Sagii. dont la capitale était Sées. et les Aulerques Cénomans, conquis par les Romains en 57 av. J.-C., ces territoires furent incorporés à la deuxième Lyonnaise avec Rouen pour capitale. Défrichée sous les Mérovingiens, la région fut christianisée par des missionnaires venus pour la plupart de Tours. Au 9ème, elle subit les invasions normandes tandis que se constituaient les grands comtés féodaux : comté du Corbonnais ou de Mortagne, comté de Bellême (réunis au 12ème au profit des Rotrou pour former le comté du Perche), comté d'Alençon rattaché à la Couronne en 1219. Héritière du dernier des Rotrou, Blanche de Castille annexa le comté du Perche en 1226 et le réunit à la Couronne. Par la suite, Perche et Alençon furent donnés en apanage à des cadets de la maison royale Pierre, fils de St Louis, Charles de Valois et ses descendants pour lesquels Alençon fut érigé en duché en 1414; François, frère d'Henri III; Gaston d'Orléans, frère de Louis XIII. Au 18ème, le titre de duc d'Alençon, simple titre honorifique, fut porté par le duc de Berry, petit-fils de Louis XIV, et par le comte de Provence, futur Louis XVIII. La dernière duchesse d'Alençon, soeur de "Sissi", connut une fin héroïque dans l'incendie du Bazar de la Charité en 1897. Patrie de personnalités aussi diverses que le pamphlétaire Hébert, rédacteur du "Père Duchesne" et Charlotte Corday, Alphonsine Plessis, dite Marie Duplessis (la Dame aux camélias), sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus, le philosophe Alain et le poète André Breton, Aristide Boucicaut, fondateur du "Bon Marché" à Paris et le peintre Fernand Léger.

Géographie : Le département appartient à la région de Basse-Normandie et est situé au contact du Bassin parisien (terrains secondaires et tertiaires) et du Massif armoricain (terrains primaires). Il se compose de trois zones géographiques : Au nord-ouest, les collines du Bocage normand se rattachent au Massif armoricain. Des crêtes de roches dures (granites, grès, schistes), séparées par des vallées profondes, donnent l'apparence d'un relief de montagne. On y trouve le point culminant du département, du Massif armoricain et de la Normandie (le signal* d'Ecouves, 417 in). Au centre, au pied des collines normandes, s'étendent la campagne d'Alençon et la campagne d'Argentan, qui font partie du Bassin parisien. Plaines découvertes faiblement ondulées de formation calcaire jurassique, elles sont le prolongement méridional de la campagne de Caen. A l'est, le relief reprend de la vigueur dans les collines du Perche. De formation crétacée, le Perche est formé de couches marneuses et de sables éocènes sur les hauteurs. Le département apporte ses eaux à la Loire, par la Sarthe et la Mayenne, à la Seine, par l'Eure; à la Manche, par la Touques, la Dives et l'Orne. Le climat, de type armoricain, est doux et humide, quoique plus rigoureux sur les hauteurs où les influences continentales sont plus marquées. L'agriculture est en grande partie consacrée aux céréales et aux vergers, ainsi qu'à l'élevage (bovins, chevaux de race percheronne). L'activité industrielle, de tradition ancienne dans certaines régions du département, notamment le Bocage, est très diversifiée (métallurgie, textile, cartonnages, tanneries...).

Art, activités et économie : L'Orne garde de son riche passé historique des églises et des abbayes, des châteaux et des manoirs qui constituent un patrimoine d'exception. Le roman est présent dans l'ensemble du département, notamment à La Lanche-de-Goult (portail et chapiteaux de la chapelle Saint-Michel-de-Goult), Lonlay-l'Abbaye, Saint-Cénerile-Gérei, Autheuil. l'un des édifices romans les mieux conservés du Perche; Champs et Domfront. L'art gothique s'est exprimé dans la cathédrale de Sées, à Notre-Dame d'Alençon, Saint-Cyr-la-Rosière, Mortagne et St-Germain d'Argentan. L'église St-Martin de L'Aigle est une expression du gothique flamboyant; l'ancienne abbaye Ste-Opportune d'Almenèches, de la Renaissance. Marche stratégique importante aux confins de la Bretagne, de la Normandie et du Maine, la région a dû se doter d'un système défensif dont il reste d'intéressants exemples. Mortagne-au-Perche et Argentan n'ont conservé que des lambeaux de leurs enceintes fortifiées; Domfront, que des vestiges imposants de son château fort. Quant au château d'Alençon, aujourd'hui très restaure, il abrite la prison. Les manoirs de Courboyer, d'Argentelles, de la Vove et d'Angenardière sont parmi les plus représentatifs. Plus tardifs sont les châteaux du Repas et de Rabodanges, plus prestigieux les châteaux de Carrouges, entourés de larges douves et d'O avec sa galerie Renaissance et son aile 18ème. Le haras du Pin, construit au 18ème sur les plans de Jules Hardouin-Mansart, est devenu en 1840 l'Ecole nationale des haras.
http://www.quid.fr/departements.html?mode=detail&dep=61&style=fiche


Voir aussi : "Les Bélanger en France"